Promenades culturelles de Pierre-Yves Jaslet

Mai 2019

slider sorties de la société littéraire

Réservations : 01 40 05 02 98 / missives@wanadoo.fr

.

Lundi 6 mai : les salons de l’hôtel du duc de Lauzun, joyau de l’île Saint-Louis. Exemple unique à Paris d’un hôtel particulier du 17ème ayant conservé deux étages de boiseries. Une façade d’une sobre élégance ne laisse pas prévoir un décor intérieur d’une telle richesse. Le duc de Lauzun, mais également, Charles Baudelaire, Théophile Gautier ont habité ce lieu. Restauré au 20ème siècle et acquis par la ville de Paris, il fut employé comme cadre de réception pour hôtes de marque. Un des lieux parisiens les plus superbes et les plus méconnus.

Limité à 15 personnes. RDV à 9h50 – 17, quai d’Anjou – 17,50€ entrée comprise.

 .

Mardi 7 mai : le nouveau Palais de Justice, chef d’oeuvre de Renzo Piano et le quartier Clichy-Batignolles. Une construction grandiose aux immenses espaces lumineux où nous assisterons à des audiences civiles et pénales. Le nouveau quartier des Batignolles, de la Cité judiciaire au Parc Martin Luther King. Construit à l’emplacement d’une gare SNCF, après l’abandon du projet du « village olympique », un ensemble d’immeubles reposant sur les principes d’économie durable, autour d’un parc de 10ha.

RV : 14h – métro Porte de Clichy (sorties Bd Berthier) – 9,50 €.

.

Mercredi 8 mai : Ateliers d’artistes et jardins secrets de Montparnasse, autour de la rue Daguerre, pittoresque rue commerçante du « Petit-Montrouge », quartier rattaché à Paris en 1860. L’atelier du sculpteur Guino, collaborateur de Renoir, la maison où Schuffenecker hébergea Gauguin, les ateliers « Art Nouveau » de la Villa Louvat, l’atelier et la villa de César, de pittoresques cités artisanales, l’hôtel Mistral, séjour de Sartre et Simone de Beauvoir… Une promenade dans un quartier « branché » encore artistiquement vivant.

RV : 11h – métro Denfert-Rochereau (1, rue Daguerre) – 9,50€.

.

Samedi 11 mai : de l’atelier de Giacometti à la place de Catalogne. Ateliers d’artistes et jardins secrets du village Plaisance. Le château ouvrier, modèle d’habitat social au 19ème siècle, inspiré des idées simoniennes. L’étroite rue des Termopyles, au cœur du village de Plaisance loti par Chauvelot, promoteur d’immeubles bon marché. La cité Bauer et le pittoresque atelier du peintre hongrois Mazei. La cité d’artistes de la rue Hippolythe Maindron où Giacometti réalisa l’essentiel de son oeuvre et encouragea un voisin, le sculpteur César. L’église Notre Dame du Travail et sa charpente métallique, la place de Catalogne, réalisée par Ricardo Bofill, exemple d’architecture post-moderne et enfin le superbe atelier art nouveau de la rue Lebouis, siège de la fondation Cartier-Bresson.

RV : 11h – métro Pernety – 9,50€.

.

Dimanche 12 mai : ruelles champêtres et jardins secrets du village Passy. Des caves des Bonhommes à la maison de Balzac. La rue Berton, une des plus étroites et des plus verdoyantes de Paris au pied de la maison de l’écrivain. Maisons villageoises et charmants hôtels particuliers de la rue de l’Annonciation.

EV : 10h30 – métro Passy – 9,50€.

.

Lundi 13 mai : conférence en salle à propos de Toutankhamon. Un des épisodes les plus commentés de l’Egypte ancienne. La révolution religieuse accomplie par Akhenaton, à laquelle un pharaon au règne éphémère met fin. Episode interprété par Sigmund Freud comme l’invention du monothéisme à l’origine de la religion juive et remis en perspective par les égyptologues contemporains, notamment Jan Assmann dans Moïse l’Égyptien.

RV : 16h – Café le Séléct – 99, bd du Montparnasse – 9,50€ + consommation.

.

Mardi 14 mai : la nouvelle cathédrale russe et les fastes de l’art nouveau près de la tour Eiffel. Le quartier du Gros Caillou, autrefois îlot populaire loti entre l’esplanade des Invalides et le Champs de Mars. Le charme de la rue Clerc, petit village commerçant au cœur du 7ème arrondissement. L’immeuble des Arums construit en 1900 par Octave Raquin, témoin d’un art nouveau, rompant avec les références passéistes de l’architecture de son temps pour créer un décor d’inspiration végétale. La rue de l’exposition et la Fontaine de Mars. L’hôtel de Montessuy, l’immeuble du square Rapp en terminant par la nouvelle cathédrale russe de la Sainte-Trinité, chef d’oeuvre de Willmotte.

RV : 14h30 – métro Ecole Militaire, devant la librairie – 17,50€.

.

Mercredi 15 mai : le siège du Comité national du Parti communiste, chef-d’oeuvre d’Oscar Niemeyer, architecte de Brasilia, disciple de Le Corbusier, dernier grand représentant du Mouvement Moderne en architecture, champion de l’utilisation des propriétés plastiques du béton armé et maître du maniement de la lumière artificielle. Le hall d’accueil dont le sol et les murs ondulés créent dans un espace restreint un sentiment de mystère et d’immensité. La salle de séance, véritable coupole de lumière dont le volume est conçu pour engendrer une sensation de bien-être, est un des lieux les plus remarquables de l’architecture moderne mais également la salle des délégations dont le décor futuriste a servi au tournage de films et la terrasse d’où l’on découvre une vue grandiose sur Paris.

RV : 14h30 – métro Colonel Fabien – 14,50€ entrée comprise.

.

Lundi 20 mai : conférence en salle avec projection sur Toutankhamon. A l’occasion de l’exposition à La Villette, présentation des principales oeuvres exposées et des oeuvres majeures qui ne le sont pas.

RV : 15h30 – 30, rue Lecourbe – 9,50€.

.

Mardi 21 mai : la Villa Savoye, chef-d’oeuvre de Le Corbusier. Construite entre 1928 et 1931, exemple d’application intégrale des cinq points de l’architecture, réalisant la forme la plus aboutie de la promenade architecturale. Classée par l’UNESCO au patrimoine mondial. Seul défaut, cette villa s’est révélée absolument inhabitable… Une occasion de s’interroger sur une démarche emblématique de l’architecture moderne consistant à faire table rase du passé.

RV : 15h – entrée du jardin 82, rue de Villiers 78000 Poissy – 17,50€ entrée comprise – par les transports en commun : RER A jusqu’à Poissy puis bus 50 ou 51 arrêt Villa Savoye.

.

Vendredi 24 mai – Déjeuner au restaurant Gaya – Rive Gauche (deuxième restaurant parisien de Pierre Gagnaire) .

Apéritif une coupe de Champagne. Naissance du Faubourg Saint-Germain, ghetto doré de la haute aristocratie au 18ème siècle.
Biscuit de foie gras de canard, magret fumé ; petit épeautre, dattes et oignons grelots. Le couvent des Visitandines, ordre fondé par Sainte Jeanne de Chantal et Saint-François de Salle.
Merlan brillant poché au beurre Nantais. Embeurrée de chou vert, carottes fanes. Petite histoire de la gastronomie de Vatel à Pierre Gagnaire.
Macaronade de poires comice, galette moka. L’aristocratie d’ancien régime décrite par Saint-Simon.
Café. Du côté de Guermantes : le Faubourg Saint-Germain de Marcel Proust
RV : 12 h 15 – au 6, rue de Saint-Simon – 150 € (repas, boissons et conférences compris). Le menu sera réactualisé début avril par les soin de Pierre Gagnaire. Chèque de 125€ à l’ordre de Gaya et un de 25,50€ à l’ordre de la Société littéraire.

.

Dimanche 25 mai : l’hôtel de la Païva, résidence fastueuse d’une des courtisanes les plus célèbres du 19ème siècle. L’étonnante histoire de Thérèse Lachman, née dans un bouge à Moscou, finalement épouse d’un prince prussien propriétaire de mines de charbons en Silésie, qui devint animatrice d’un salon littéraire fréquenté par les frères Goncourt. Un hôtel particulier des Champs Elysées au décor grandiose.

RV : 9h – 25 avenue des Champs Elysées – 17,50€ entrée comprise.